2012 l’année du retour de la vengeance de la concurrence sur le secteur des moteurs de recherche ?

Personnellement je pense que ça ne peut pas faire de mal, bien au contraire. Big G truste le marché Français sans partage.

Pour cette année 2012 on se dirige doucement vers une guerre qu’on pensait impossible. Google VS Bing. Vous allez me dire que c’est inégale, que Google est déjà numéro un avec beaucoup d’avance. Oui et non. Niveau mondial, Bing est passé depuis décembre 2011 devant  le moribond Yahoo! chose que l’on pensait assez impossible en 2009 avec leur petit 8% de part. Pourtant Bing grimpe doucement et ne cesse d’innover pour continuer à grimper vers les sommets. Enfin c’est plutôt être un peu à la ramasse. Et la bataille ne va pas se faire uniquement sur la recherche, mais dans le mobile, la TV connectée…. Et on peut même secrètement espérer que Bing ou un autre que Google prenne possession de Yahoo! ce qui augmenterait la concurrence.

Sur le secteur de la recherche web , le combat n’est effectivement pas très égale. Google domine de façon écrasante avec ses 66% de part de marché et quelques 90% en France. Mais Big G à un train de retard sur la petite tendance qui monte. Et qui monte même de façon extrêmement rapide. C’est le Social (je veux dire les réseaux sociaux, pas le volet social du gouvernement de l’emploi tout ça…).

Depuis quelques temps Google ne la joue pas très cool et tente de virer tout ceux qui lui font de l’ombre. Son grand truc c’est de mettre en avant ses propres services. Un peu comme Microsoft avec Internet Explorer inclu dans Windows il y a un temps. C’est certes de bonne guerre. Après avoir bouté tout le monde pour mettre en avant son service Maps, il vire des sites de places de marché pour mettre la sienne, obligeant ainsi les e-commerçants à passer chez lui et mettant en difficulté ces mêmes sites de places de marché. Il vire aussi de sa branche Twitter pour des raisons pas très clair et surtout il vire Facebook. Parce que Facebook, c’est un méchant (très méchant) concurrent énorme en terme d’audience et il fait de l’ombre à son propre service, Google + pour la génération de revenus publicitaires. Et ce sont donc les flux de G+ qui se retrouvent indexés dans le moteur.

Pendant ce temps, Bing lui, récupère Twitter avec un accord financier et Facebook, car le moteur de Microsoft possède des parts du géant social. Et c’est sur ce point qu’il pourrait y avoir un sérieux regain de concurrence.

Chacun des deux moteurs va se retrouver avec une plate-forme social dans son escarcelle. Avec ses avantages et ses inconvénients. Google domine le secteur de la recherche. Mais Google + lui démarre plus que péniblement avec très peu de compte. Bing lui, est plutôt faible en Search (c’est peu dire) mais dispose d’un accord avec Facebook, le Number One Of The Univers absolu, pour publier son flux sur le moteur ainsi que le flux de Twitter qui même si il ne bénéficie pas encore d’une fréquentation élevée en France prend de l’ampleur.  Il risque bien d’y avoir une augmentation de la concurrence sur le secteur qui va certainement se jouer sur la carte du social (non, pas la carte de sécurité sociale).

Là où Bing risque de peiner, c’est bien qu’avec Facebook et Twitter, les utilisateurs français ont l’habitude “naturelle” d’utiliser Google sans presque y réfléchir pour faire leur recherche. Un peu comme un reflexe de Pavlov. Le volet social de Bing pourrait ne pas suffire pour séduire les internautes français.